Accueil >  Thématiques  >  Vie automobile  > 

La riposte de Stellantis face à l'offensive des constructeurs chinois

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, ne cache pas son inquiétude face à l'offensive des constructeurs automobiles chinois en Europe. Selon lui, "les Chinois constituent actuellement la principale menace" et "bouleversent déjà le marché européen"
La riposte de Stellantis face à l'offensive des constructeurs chinois
Par le 29/04/2024

Bien que leader du marché Français, le groupe est inquiété par des constructeurs chinois, comme BYD et d'autres marques régionales qui produisent des véhicules électriques jusqu'à 30% moins chers que les constructeurs occidentaux.

La stratégie de Stellantis : s'allier avec un constructeur chinois

Pour faire face à cette concurrence, Tavares ne souhaite pas recourir à des barrières commerciales. Au contraire, il veut "rivaliser à l'ancienne : avec de bons produits abordables grâce à la prudence dans les dépenses". Une façon de les battre serait même de "les rejoindre", en s'alliant avec un constructeur chinois.

C'est ainsi que Stellantis a pris une participation de 21,3% dans le constructeur chinois de voitures électriques Leapmotor. Le groupe a également créé une co-entreprise "Leapmotor International" détenue à 51%, qui aura les droits exclusifs de fabrication, d'exportation et de vente des produits Leapmotor en dehors de la Chine.

Utiliser la compétitivité de Leapmotor pour concurrencer les marques chinoises en Europe

Grâce à cette alliance, Tavares entend "bénéficier de la compétitivité de Leapmotor à la fois en Chine et au niveau international" pour "compléter la stratégie" de Stellantis, avec l'Europe en ligne de mire.

L'objectif est de pouvoir produire des véhicules électriques Leapmotor dans les usines Stellantis, notamment en Europe, afin de concurrencer les autres marques chinoises sur ce marché. Cela permettrait à Stellantis de proposer des véhicules électriques à des prix compétitifs, tout en réalisant des bénéfices.

Rester flexible face aux évolutions réglementaires

Parallèlement, Tavares attend des gouvernements une certaine stabilité réglementaire, afin que les constructeurs automobiles disposent du délai nécessaire pour concevoir de nouveaux véhicules conformes aux normes.

Stellantis reste ainsi prêt à s'adapter, que les politiques accélèrent ou ralentissent le déploiement des véhicules électriques. Le groupe proposera à la fois des versions électriques et thermiques de ses modèles, pour répondre aux différentes attentes des consommateurs.

Tavares semble déterminé à relever le défi posé par les constructeurs automobiles chinois, en s'appuyant sur une stratégie d'alliance et de flexibilité, plutôt que sur des barrières commerciales. La bataille s'annonce rude, mais Stellantis entend bien rester compétitif sur le marché européen.


Version Desktop - 1738-1743-12104-canalauto-amp0-device-448374305