Accueil >  Thématiques  >  Vie automobile  > 

Manifestation des motards : tout ce qu’il y a à savoir

Effectif à partir d’aujourd’hui, le contrôle technique pour les motards entre maintenant en vigueur. La FFMC a incité les motards et adeptes de toute la France à se mobiliser sur les routes afin de manifester cette loi qu’ils trouvent injuste.
Manifestation des motards : tout ce qu’il y a à savoir
Par le 15/04/2024

Ce week-end, les motards de toute la France ont manifesté sur nos routes, clamant une seule et unique chose, l’abandon de la loi pour le contrôle technique des deux-roues. À la suite d’un arrêté publié au Journal officiel le 24 octobre 2023, le contrôle technique pour les deux-roues a été rendu obligatoire aujourd’hui, le 15 avril 2024, ce qui n’enjoue pas ces derniers qui trouvent cette obligation chère et inutile pour les motards.

Ce sont donc plus de 38 000 motards, d’après le ministre de l’Intérieur, qui se sont retrouvés sur les routes, à manifester contre ce contrôle technique pour les deux et trois roues motorisées (CT2RM). 

Affiche du FFMC qui appelle à la manifestation et au boycott

La FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) dénonce, derrière ce projet de loi, un moyen de faire de l’argent sur le dos des 25 millions d’utilisateurs de deux-roues en France. 

Pourquoi sont-ils en colère ?

Comme dit précédemment, les motards ont décidé de manifester dans toute la France. La FFMC a indiqué ses revendications et les explications de ses agissements dans un communiqué de presse. Dans ce dernier, l’organisation dénonce le manque d’écoute flagrant dont ils font face. 

Ils auraient soumis, la veille du week-end, deux recours devant le Conseil d'État, qui les auraient rejetés, car jugeant qu’il n’y avait pas d’urgence à suspendre les textes. Cela a donc renforcé leurs colères et convictions, les incitants à manifester et boycotter cette loi. 

Pourquoi être contre le contrôle technique ?

La FFMC précise que, s'ils sont contre le contrôle technique pour les 2 roues, c’est parce que ce dernier est inutile, injustifié et qu’il y a de bien meilleures solutions pour améliorer la sécurité des deux-roues et leurs impacts sur l’environnement. 

Des statistiques du Maids et des données venant d’assureurs, indiquent que seulement 0,3 % des accidents de deux-roues sur la route, impliquent une défaillance technique du véhicule. Alors que, selon des chiffres de l’ONISR sur l’accidentalité en 2021, ce serait 30 % des accidents de la route, qui seraient dus à un élément de la route. Les motards n’ont donc pas trouvé la justice dans ces textes les concernant, quand les routes sont 100 fois plus accidentogènes que l’état de leurs véhicules.

De plus, la FFMC insiste sur le fait que la vérification du véhicule se fait majoritairement par l’extérieur de celui-ci, et que cette formation à la vérification du véhicule fait partie intégrante de la formation au permis de conduire des deux-roues.” Le contrôle de l’état de son véhicule fait d’ailleurs partie intégrante de la formation et de l’examen au permis de conduite moto. De fait, un contrôle périodique obligatoire de l’état des 2 et 3 RM s’avèrerait complètement inutile du point de vue de la sécurité routière.”, comme le précise la fédération dans un communiqué de presse.

Quelles alternatives pouvons-nous envisager ?

Si le contrôle technique vise à améliorer la sécurité des motards sur la route, alors la FFMC a proposé des alternatives et des mesures. Ces dernières touchent : “à la formation des conducteurs, à leurs équipements de protection (casque, airbag, etc), au renouvellement du parc et à l’utilisation de motorisations alternatives, ou à la détection des véhicules réellement bruyants en circulation”.

De plus, la FFMC incite à boycotter les garages permettant de réaliser le contrôle technique des 2 roues, ne leur amenant donc ni leurs voitures (s'ils en possèdent), ni leurs motos.


Version Desktop - 1738-1743-12059-canalauto-amp0-device-1902819306